• Une entreprise à votre service

    Une entreprise à votre service

    Au chaud, au frais, en économisant...
  • Portes d'entrée

    Portes d'entrée

  • Portes de Garage

    Portes de Garage

  • Brises Soleil Orientables

    Brises Soleil Orientables

  • Rénovation

    Rénovation

  • Volets battants alu

    Volets battants alu

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
/ 06

logo abribaie

Actus     

Economie, confort, performance énergétique

 Les Bâtiments Passifs sont caractérisés par un niveau particulièrement élevé de confort intérieur, lié à une consommation minime d'énergie. Ils bénéficient d'un excellent rapport coût/efficacité, en particulier dans les constructions neuves.
Les catégories de label Bâtiments Passif « Classique », « Plus » et « Premium » seront intégrées en fonction de la demande et la production d'Energie primaire Renouvelable (Ep-R). Elles sont disponibles à partir de la version 9 du PHPP.

La maison passive possède de nombreux atouts : elle ne consomme pratiquement pas d’énergie. Elle obéit à une réglementation stricte qui va encore évoluer prochainement pour atteindre un niveau de performance encore plus élevé. Quels sont les avantages d’une maison passive ?

La massive passive, qu’est-ce que c’est ?

La maison passive est une maison à très basse consommation d’énergie (moins de 15 kWh/m².an). Elle possède des caractéristiques plus performantes que la maison BBC (bâtiment basse consommation). L’isolation est tellement efficace qu’il n’y a parfois pas besoin de chauffage central dans la maison. La chaleur provenant de l'intérieur de la maison (humaine et des appareils électroniques) et celle du soleil suffisent à répondre aux besoins en chauffage du lieu. En hiver, ce chauffage naturel permet d’atteindre une température adéquate. De même, en été, la température ne va pas être trop élevée. Dans une maison passive, tout va se jouer au niveau de l’isolation qui doit être parfaite.

« Au commencement, il y avait le Bâtiment Passif dit « Bâtiment passif Classique ».

4 critères pour un confort en toutes saisons :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an.
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an.
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure.
  • Une fréquence de surchauffe inférieure à 10 % des heures de l’année au-dessus de 25°C de température intérieure.

Cette certification, qui fête ses 27 ans en 2018, a été mise à l’épreuve de tous les types de bâtiment et les limites sont apparues dans le cadre des rénovations.
En effet, les rénovations s’accompagnent parfois de contraintes infranchissables liées au bâti qui est restauré : exposition inadéquate, bâtiment classé, requêtes du propriétaire…

C’est pourquoi le label EnerPHit : dédié à la rénovation, a été créé.

Pour la certification, seul le critère de chauffage change :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 25 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Les autres critères restent identiques que pour la certification Bâtiment Passif.

A l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif évolue pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables.

L’isolation : le point clé

L’isolation est l’élément déterminant d’une maison passive. Les parois doivent donc être bien isolées. La perte de chaleur se réalise à travers les parois : par le toit en premier, puis les murs et enfin le sol. Le toit, les murs et le sol doivent donc être parfaitement réalisés en terme d’isolation pour que la maison puisse garder la chaleur en hiver et la fraîcheur en été. Au niveau des fenêtres, le triple vitrage est nécessaire pour obtenir un habitat passif.

Les économies d’énergie sont garanties. Une maison passive consomme en moyenne 90 % d’énergie de chauffage en moins qu’une construction classique. Pour l’instant, la maison passive obéit à la législation de la RT 2012. Cependant, à partir du 1er janvier 2020, la RT 2020 entrera en application. Tout nouveau dépôt de permis de construire devra répondre à ces nouvelles exigences et c’est déjà le cas depuis 2018 pour les bâtiments publics.

 Une nouvelle maison

La plupart des maisons passives proviennent d’une nouvelle construction. En effet, les critères à respecter sont tellement nombreux qu’il est rare qu’une rénovation suffise sauf si c’est une rénovation totale. Lorsque vous emménagez, même si votre maison ne possède pas de chauffage central, il faudra souscrire à un contrat d’électricité. Utilisez un comparateur d’électricité pour choisir le fournisseur le plus adapté à vos besoins. Plus de renseignements en cliquant ici.
En plus de souscrire à un contrat énergie, il vous faudra penser aux autres contrats indispensables lorsque vous déménagez, tel que le contrat Internet. Retrouvez plus d’informations sur les offres internet ici.

Le coût

Une maison passive est naturellement plus chère à la construction qu’une maison classique. Il faut compter en moyenne entre 7 et 15 %, voire 20 % si l’on va au bout de la logique avec des matériaux sains. Cependant, l’investissement est rentabilisé à court ou moyen terme grâce aux économies d’énergie réalisées. En effet, la consommation en chauffage est presque nulle alors qu’elle représente près de deux tiers de la consommation en énergie d’une maison. Comme pour les autres biens immobiliers, il est possible de mettre en location sa maison.

 

 

 

Appuyez sure ENTREE pour lancer